Incidences COVID-19

Accéder au site de la Fnaim06

Incidence du COVID 19 sur les processus de vente immobilière, d’administration de biens et de gestion des copropriétés

 

Après une année 2019 exceptionnelle, 2020 a débuté sur de nouveaux records, avec des mois de janvier et février 2020 à l’unisson. Si la crise du COVID 19 s’est avérée anxiogène pour le secteur de l’immobilier qui a été mis à l’arrêt du jour au lendemain, la migration digitale entamée ces dernières années, la réactivité des équipes et la solidarité de tous les partenaires ont permis d’amortir les dégâts inévitables, voire de révéler de nouvelles opportunités pour les professionnels. La reprise immédiate du marché dès le déconfinement en est le meilleur indicateur, même si la prudence est toujours de mise.

 

La brutalité du confinement a nécessité une réaction immédiate  

Par sa soudaineté, le confinement a brutalement impacté la filière. Tout a été mis en place pour informer les professionnels des nouvelles directives, qu’ils soient adhérents ou non,  et les accompagner au quotidien dans leur mise en œuvre, grâce à des guides de préconisation : signatures des ventes, organisation de visites, réalisation d’états des lieux de locations, perception des loyers, création des indemnités d’occupation, possibilités de déménagement, annulation de locations saisonnières et demandes de remboursements, organisation d’assemblées de copropriété, relation avec les bailleurs, étalement des loyers, pratique des signatures à distance, gestion des accès aux jardins et piscines des immeubles, expiration des cartes professionnelles immobilières ou des mandats de syndics d’immeubles ou travaux de maintenance pour ne citer que les principales.

Notre force de propositions auprès des pouvoirs publics a été suivie d’effets

Nous avons été en contacts permanents avec le Gouvernement, et notamment les ministères de l’Économie et du Travail pour appuyer les propositions de mesures nécessaires à amortir le choc, comme le chômage partiel, les dispositifs de la BPI et le Prêt Garanti par l’État. Malgré cela, le décalage structurel de trésorerie des agences dont l’activité est essentiellement transactionnelle fait craindre un « effet ciseau » à la fin de l’été qui devrait concerner près de 800 TPE/PME sur le département. Le Gouvernement ne pourra pas faire l’économie d’un plan de relance du Logement auquel nous avons contribué et que nous appelons de nos vœux.

Digitalisation et consignes sanitaires ont été menées à marche forcée

Parallèlement, les chantiers de télétravail, de visioconférences, de webinaires, de digitalisation des processus de transaction, des visites en réalité virtuelle, de la création de leurs tutoriels et de la numérisation des agences adhérentes ont été accélérés. Des masques ont été commandés pour nos adhérents en prévision de la reprise.

Une semaine avant l’annonce du Président de la République de la levée partielle du confinement le 11 mai, tous les professionnels ont reçu un guide de reprise d’activité avec nos recommandations, ainsi qu’une fiche pour renseigner les consommateurs sur les mesures sanitaires mises en place.

La solidarité des acteurs et les efforts entrepris ont payé

Dès l’annonce télévisée du président, le trafic du portail a redémarré et les biens présentés en visite virtuelle ont vu leur fréquentation au niveau de février.

La solidarité de la filière a joué à plein et tous les acteurs ont agi dans le bon sens à nos côtés. Le maintien des transactions en cours a pu être mené à bien grâce à l’excellente réactivité des notaires qui ont fait appel aux voies dématérialisées et aux procurations. Les banques ont également pleinement joué le jeu. Et l’appui de la CCI Nice Côte d’Azur, de l’Observatoire de l’Immobilier, ainsi que les interventions à nos côtés des maires et de madame la sénatrice Dominique Estrosi Sassone ont permis de relayer nos revendications au plus haut niveau. Ainsi, un certain nombre de mesures temporaires prises par le Gouvernement, dont certaines à l’initiative de la FNAIM, impactent encore le domaine du Logement, telles que les délais de rétractation, le droit de préemption urbain, les délais d’instruction, les actions en justice, la suspension des clauses pénales et résolutoires, les visioconférences, les votes par correspondance et les procurations en AG de copropriété…

En conclusion, la crise a révélé la primauté de l’expertise et de l’humain

Ainsi, au plus profond de cette crise, la FNAIM a révélé ce qu’elle est : une organisation syndicale représentative de professionnels élus par des professionnels pour les représenter et les défendre, tout en les accompagnant au quotidien sur le terrain. Au-delà de la mise à niveau des techniques digitales les plus pointues, cette parenthèse compliquée a notamment révélé les points forts de l’organisation : des agents experts grâce à la formation poussée qui leur a conféré le titre d’agent immobilier titulaire de la carte professionnelle, une intime connaissance de l’évaluation des biens grâce au quadrillage des agences sur le terrain qu’aucune analyse data des mois précédents ne pourra jamais remplacer et une écoute attentive des clients qui replace l’humain au cœur du dispositif de la transaction et de la gestion immobilière.